Maître Funakoshi Logo Karate-Do Le Dojo-kun

 

Bibliographie de Gichin Funakoshi

Karate Do Kyohan-Gichin Funakoshi
Karate Dô Kyôhan - Le livre du maître
Karate-Do Kyohan

La première édition de Karaté-do Kyohan parut en 1922. Son auteur, Maître Funakoshi, ne cessa, jusqu'à sa mort survenue en 1957, d'en compléter et d'en corriger le contenu. Cette œuvre, dont la portée est immense, représente le document le plus élaboré qu'on ait jamais écrit sur le Karaté.

Ce livre est indispensable à tout karatéka soucieux de sa progression.

Haut de page
Karate Do Kyohan-Gichin Funakoshi de 2009
Karate Dô Kyôhan - Le texte fondateur sur la voie de la Main vide
Karate-Do Kyohan (Nouvelle édition)

Véritable témoignage de la genèse du karaté moderne, ce livre est une œuvre à l´attention du plus grand nombre, rédigée par un auteur profondément empreint d´humanisme, qui voua sa vie à l´art martial. Traduction inédite en langue française de l´œuvre originale (présentée à l´Empereur en 1935), ce livre incontournable est signé de la plume de cet Okinawaïen, qui popularisa l´art martial de son île natale dans l´archipel des Ryû-Kyû et qui permit l´essor de la discipline à l´échelle internationale. Outre un rappel des fondamentaux du karaté, une étude détaillée des katas et kumite, une application du karaté à l´autodéfense féminine et un inventaire des points vitaux du corps humain, le lecteur pourra, au fil des pages, s´imprégner de la philosophie de la Voie, apprendre à fabriquer lui-même son propre makiwara, et apprécier la valeur historique des clichés originaux qui illustrent le propos du maître. Un ouvrage digne des plus grandes bibliothèques.

Haut de page
Karate-do ma Voie, ma Vie-Gichin Funakoshi
Karate-do ma Voie, ma Vie


Karate-do Ichuro
Karate-do ma Voie, ma Vie

Ce livre est porté par la personnalité de son auteur, Gichin Funakoshi, initiateur du karaté au Japon et dans le monde entier et grande figure des arts martiaux contemporains. Autobiographie sobre qui fonctionne par tableaux courts et riches de sens, cet excellent texte bien servi par la traduction française, se lit avec infiniment de plaisir et reste longtemps en mémoire. Nous pénétrons dans l´univers du karaté originel et remontons à sa source: l´île d´Okinawa et sa culture. à travers l´histoire de Funakoshi, c´est l´histoire même du karaté et son évolution que nous apprenons à connaître.
Maître Funakoshi entrait dans la dernière période de sa vie, tandis qu'il passait les 80 ans, quand il écrivit Karate-do Ichiro (Karaté do ma voie, ma vie), livre qui fut publié dans sa dernière année de vie tandis qu'il avait encore présent à l'esprit, la préservation du Shotokan.
Cette autobiographie illustre de façon exemplaire à quel point l´art martial nous donne les clés de la vie et le fait que la vie elle-même est une pratique martiale.

Quelques extraits de son livre :

″Le Karaté do est une philosophie, une attitude devant et un regard sur la vie et le monde...″
″Quelques jeunes techniciens enthousiastes pensent que le Karaté ne se travaille que dans un dojo, avec un professeur. Ils ne sont pas de véritables karatékas.″
″Le Bouddhisme nous enseigne que le monde entier est un dojo et aucun de ceux qui veulent suivre la voie du Karaté ne doit l'oublier. Le karaté do, ce n'est pas seulement savoir se défendre mais plutôt être un bon et honnête citoyen.″
″Vous pouvez vous entraîner longtemps, très longtemps mais si vous vous contentez de bouger vos mains et pieds, de sauter et de fléchir comme une marionnette il n'y aurait pas beaucoup de différence entre votre Karaté et la danse. Vous n'atteindrez jamais l'essentiel, vous n'aurez pas réussi â saisir la quintessence du karaté do. L'art demande une discipline aussi rigoureuse que la vie, lutte quotidienne pour la survie, ne pas miser sur une seconde chance est la condition du succès.″

Haut de page
Les 20 Preceptes directeurs du Karate-do
Les 20 Préceptes directeurs du karate-dô
Les 20 Préceptes directeurs du karate-dô

Gichin Funakoshi, le « père du karaté » aurait dit que « l´objectif ultime du karaté ne se résume pas aux mots « victoire » et « défaite », mais consiste plutôt en « un polissage du caractère des pratiquants ». L´approche de Maître Funakoshi met en exergue les valeurs spirituelles et la finesse mentale au détriment de toute forme de brutalité, que celle-ci relève de la force physique ou de la technique. C´est afin de laisser une trace écrite du credo auquel il a voué son existence tout entière et de guider les pratiquants qui, sur ses pas, arpentent la Voie, qu´il a rédigé ce traité désormais mythique. Si les vingt préceptes qui le composent ont fait le tour du monde, les commentaires destinés à les expliciter n´ont, quant à eux, jamais été donnés à lire au grand public. C´est désormais chose faite avec ce livre.

Haut de page
Karate-Do Nyumon
Karate-Do Nyumõn - L'essence du Karaté
Karate-do Nyumon

Karatedô Nyûmon signifie littéralement ″les portes qui ouvrent la voie du karaté″. Le Fondateur, concrétise au travers de ce livre son désir de clarifier la pensée et la pratique du karaté pour le rendre accessible aux néophytes tout en prévenant toute déformation de l´enseignement en proposant un ouvrage de référence aux pratiquants plus avancés. Ce livre a une valeur considérable parce qu´il comprend des textes jamais publiés, écrits peu de temps avant la mort du maître en 1957 dans le souci de préserver l´intégrité de l´art. Maître Funakoshi commence par remettre en perspective le karaté, victime (déjà) d´une popularité qui l´a dénaturé en le réduisant à une simple démonstration de force et de violence. L´originalité foncière de cet ouvrage réside principalement dans le choix du kata qui s´y trouve présenté, le Ten-no-kata. Il ne fait pas partie des kata habituels du karaté mais il représente la synthèse même de ces kata réalisée à partir de formes simples et qui contient l´essence de l´art. Funakoshi a délibérément sélectionné des mouvements qui ne présentent aucune difficulté d´apprentissage pour que le Ten-no-kata puisse être travaillé par tous et offrir l´essence même du karaté condensée à travers des postures, des enchaînements et un travail sur la distance et l´interaction entre les partenaires tout à fait fondamentaux. Ce kata, expliqué de façon précise et illustré par de nombreuses photos permet d´établir ou de rétablir les principes corrects en matière de posture, de pensée et d´action et s´impose comme une base de référence solide pour maîtriser avec justesse la complexité des katas traditionnels.
Gichin Funakoshi (1868-1957) est considéré comme le fondateur du karaté et est, à ce titre, honoré dans tous les dojos de karaté du monde. Il est « l´esprit du karaté », la référence absolue.

Haut de page
Karate Jutsu
Karate Jutsu

Goshin Karate Jutsu
Goshin Karate Jutsu
Karate Jutsu

L´histoire de ce livre est extraordinaire. Il fut édité au Japon en 1922 sous le titre « Ryûkyû Kenpô Karate » mais les plaques d´impression furent détruites en 1923 dans un incendie. En 1925, Gichin Funakoshi réécrit son livre, le complète et la version augmentée est publiée sous le nom « Rentan Goshin Karate Jutsu ». Avant que Maître Funakoshi ne se décide à écrire son livre, le karaté était enseigné de manière orale aussi ce livre avec ses 200 photographies du maître est considéré comme étant le premier livre de karaté. Il n´existe aujourd´hui que quelques exemplaires des livres de 1922 et 1925 que conservent jalousement quelques bibliothèques et collectionneurs à travers le monde. Quelques copies pirates ont circulé mais leur qualité médiocre et la langue japonaise ancienne utilisée interdisaient au non initié la compréhension de ce classique inestimable.

Haut de page
To-Te Jitsu
To-Te Jitsu - L'art du point d'Okinawa
To-Te Jitsu - L'art du point d'Okinawa

Retrouver ce texte, c'est voyager dans le temps, c'est rencontrer une image arrêtée d'un jeune maître d'Okinawa qui, pour la première fois, partage ses enseignements.
C'est un trésor pour n'importe quel karatéka, un joyau qui miraculeusement revoit le jour, quand le Karaté a été reconnu comme sport olympique, quand le rêve de ce jeune maître a triomphé bien au-delà de ce qu'il n'aurait jamais pu imaginer. Nous avons travaillé intensément à la récupération des images à partir des originaux pour offrir au lecteur l'édition la plus raffinée et la plus soignée d'un ouvrage qui a été perdu jusqu'il y a quelques années et qui est publié pour la première fois dans notre langue et tel qu'il fut conçu à Tokyo en 1922.
Il est évident que les limites techniques de l'époque ont laissé leurs traces dans certains détails et cela ne doit pas être ignoré par le lecteur. Les photos de l'époque exigeaient une longue exposition, les techniques de jambes sont donc toujours plus basses et forcées. Les positions, en général plus hautes que celles que l'on pratique aujourd'hui, peuvent en avoir été affectées, car devant réaliser autant de photographies, il est plus que probable que l'auteur, qui joue le rôle de modèle, ait adopté inconsciemment des postures défensives, un peu plus hautes que de coutume.
Excepté ces considérations, il est évident que les photographies sont anciennes et qu'elles ont été exposées aux conséquences du temps. à Budo, nous avons fait un gros effort pour leur récupération digitale, nettoyant les possibles impuretés, humidités et toutes les sortes d'altérations dans le plus grand respect de la formule originale.

Haut de page
Plan du Site   /   Contact



Nombre de visites : 509 685Réalisation (Décembre 2012) et Mises à jour effectuées par Claude Vuichoud(Date de Modification : 15/12/2017)