Maître Funakoshi Logo Karate-Do Le Dojo-kun
Les 3 Kata Tekki Les 2 Kata Bassai Les 2 Kata Kanku Terminologie

 

Les Kata avançés

Parmi les Kata avancés, nous trouveront les séries des trois Tekki, des deux Bassaï et des deux Kanku.

Les Tekki ont la particularité de s’exécuter dans un seul et unique axe dont la position prédominante est Kiba-dachi, position du « cavalier de fer ». Ces trois Tekki semblent avoir été créés par Maitre Itosu. Ils étaient autrefois connus sous le nom de Naihanchi ou Naifanchi, et sont bien plus anciens que les Pinan (Heian). Ils sont parfaitement représentatifs du Karate ancien. Les mouvements de ces trois Kata sont de de faible amplitude mais exécutés très sèchement.

La difficulté de ces Kata est de toujours conserver une excellente position Kiba-dachi, bien équilibrée et forte, sans faiblesse au niveau des chevilles ou des genoux. Le Hara, toujours sous tension, unit solidement le haut et le bas du corps. Hormis le ventre, la partie haute du corps doit rester décontractée, la force étant sous les aisselles.

Ces Kata comportent nombre de Fumikomi. Même si certains experts Shotokan arment très haut les jambes avant de les reposer, les formes anciennes étaient très avares de mouvement, et très prudentes, donc à l'origine ces techniques ou n’existaient pas ou n'étaient que faiblement esquissées. Cependant ce type de travail permet de renforcer considérablement la puissance des hanches.

Tekki veut dire « guerrier armé chevauchant son cheval », aussi imaginez un guerrier, solide, puissant et impossible à détruire qui porte une armure, sur son cheval dans une bataille. Ce genre de compréhension permet de pratiquer un Kata pour se construire vraiment un corps solide. Un corps masculin et fort est une influence du style Shokei.

Les histoires disent que les Kata Tekki datent de six ou sept siècles en arrière, mais je n'en suis pas vraiment sur. Originairement les trois Kata Tekki étaient presque comme une forme continue. Il y a quelques années, avant la période de Maître Funakoshi, ils ont été réorganisés et séparés en Shodan (premier), Nidan (second) et Sandan (troisième).

Le point le plus important des Kata Tekki est la posture forte avec les hanches stables. Ces Kata sont conçus pour nous aider à comprendre que Kiba-dachi est la posture la plus forte que les êtres humains peuvent faire, pas seulement solide, puissante et lourde, mais aussi légère, mobile et rapide. Quand vous pratiquez Kiba-dachi, la sensation est que vous êtes très lourd. Personne ne peut vous pousser hors de votre posture. En même temps vous ne devriez pas être si lourd sinon vous ne pouvez pas vous déplacer rapidement. En d'autres termes, votre sensation est solide mais vous pouvez encore vous déplacer très facilement. Deux sensations dans une posture: c'est fou, mais vous pouvez le faire un jour.

Pour moi, Kiba-dachi est la façon la plus facile de comprendre comment toutes nos techniques se connectent avec chaque partie du corps, jambes debout, pieds, chevilles, et surtout la jambe arrière et le pied arrière. Faire un Kiba-dachi fort veut dire faire un seul bloc (corps et esprit) pour surmonter à fond. Nous reconnaissons notre existence entière comme un, sentons comme un et nous exprimons comme un. Par conséquent, dans ces Kata, même la posture simple de Kiba-dachi est importante. C'est difficile de faire un bon Kiba-dachi et cela prend toute une vie pour étudier comment cette posture s'applique dans un combat ou comment elle se connecte avec les blocages, comment connecter les attaques, comment utiliser cette posture devant un adversaire.

Quand vous pratiquez les Kata Tekki, concentrez-vous en faisant une posture forte sans force dans les épaules ou dans la partie supérieure du corps. La position de la tête est très naturelle sans tension dans le cou et les épaules, pendant que vos aisselles (Hikite) et hanches sont directement connectées à votre posture. Les coudes ne sortent jamais en dehors de la ligne du corps. Cette ligne change, selon comme vous affrontez l'adversaire. Quand vous l'affrontez devant, la ligne de votre corps est les deux lignes des côtés de votre corps par rapport à l'adversaire, et le coude est toujours sur la ligne. Quand vous affrontez un adversaire sur le côté, la ligne est très étroite, mais essayez de mettre votre coude dans cette ligne.

Les Kata Tekki étaient les premiers Kata d'entraînement de Maître Funakoshi. Il les a pratiqués pendant dix années, rien d'autre mais seulement Tekki pratiqué pendant dix ans, plus de 30 fois tous les jours. Cela veut dire plus de 100 000 Kata Tekki et au-delà, il a aussi fait tous les genres d'entraînements du Kiba-dachi pour les perfectionner. Je me souviens entendre Maître Funakoshi qui est allé à la résidence de Maître Anko Itosu à minuit pour pratiquer et est rentré chez lui tous les jours tôt le matin. Nous devons pratiquer ces Kata beaucoup de fois. Les membres Shotokan croient qu'il y a une signification spéciale en pratiquant la posture Kiba-dachi et les techniques de ces Kata. Tout le monde, même les ceintures blanches, devraient apprendre les Kata Tekki.

Les 3 Tekki

Haut de page

Bassaï serait arrivé au Japon avec l’enseignement des premiers experts d’Okinawa au début du 14ème siècle. Suivant l’appellation japonaise « Bassaï » ou chinoise « Passai », les idéogrammes ne sont pas totalement identiques. Le sens de « Ba » ou « Pa » est cependant identique et exprime l’idée d’extraire, de surpasser ou même de prendre d’assaut. Le sens de « Sai » exprime l’idée de palissade, de village fortifié ou de territoire ennemi. Bassaï peut aussi être compris comme la volonté de rompre un encerclement. La traduction la plus usité est « pénétrer la forteresse ». Bassaï tire son origine d’un Kata de Bo (bâton long). Les attaques en estoc du Bo-jutsu sont très semblables à Oï-zuki.

Bassaï est un des Kata clé du Shotokan. Tous les Kata Heian ont des techniques qui proviennent de Bassaï et Kanku (Kwanku). Ce Kata se caractérise par la puissance, ses rotations dynamiques des hanches et la vigueur de ses techniques. Il comporte de brusque changement de rythme et des changements de direction rapides. Il est l’expression d’une situation de combat défavorable qui se transforme progressivement en situation favorable. Les blocages sont puissants et sont pénétrants dans la garde de l’adversaire. Ce Kata, attribué à Maître Itosu, fut enseigné au Tomari-te et au Shuri-te, mais semble ignoré du Naha-te. Il est pratiqué dans les styles Shotokan, Wado-ryu, Shito-ryu, Shotokai.

Bassaï existe sous deux versions : une version longue, Bassaï-Dai et une version courte, Bassaï-Sho. Les 2 versions sont très distinctes et exigent une grande puissance.

Les 2 Bassaï

Haut de page

« Kwan » veut dire lever les yeux ou voir à travers. « Ku » veut dire ciel, vide, néant. Donc vous pouvez dire simplement, « regardez le ciel » (parce que quand vous commencez le Kata, vos mains montent) ou dans un chemin plus philosophique, « voir à travers le vide » (avec la sensation de voir la vérité à travers le vide, ou quelque chose comme cela). Ce vide n'est pas l'absence de toute la pensée, mais l'absence de pensées égoïstes, d'inquiétudes personnelles, s'inquiéter au sujet de ce qui va se passer. Quand ces pensées inutiles sont passées, la conscience propre, forte de ce qui se passe vraiment est dans votre esprit. C'est la signification de Kwanku.

Originairement, Kwanku a été prononcé comme il est épelé maintenant, mais la langue moderne japonaise a obtenu de l'allègement, jusqu'à ce que le « w » soit silencieux et le Kata est prononcé « Kanku ».

Avant que Maître Funakoshi l'ai renommé, cette forme a été appelée Kushanku. C'était le nom de la personne (diplomate ou attaché) qui est venu avec l'Ambassadeur Chinois aux Îles d'Okinawa il y a 150 années. C'est ce que le Maître nous a dit en 1950. Depuis lors nous avons trouvé deux choses: que c'était il y a plus de 300 ans (autour 1660), et que ce n'est pas le nom de la personne. Kushanku ne peut pas être le nom. Ce serait très exceptionnel comme nom Chinois. Donc c'est un gentil surnom que les gens utilisaient pour nommer le Kata. Kushanku est chinois avec une prononciation d'Okinawa (plus ou moins), mais les Japonais (de la terre ferme) le prononcent Koshokun. Ce sont les mêmes caractères, mais avec une prononciation différente.

En tout cas, un attaché est venu de Chine à Okinawa et a démontré cette forme. Nous imaginons que la personne qui a fait ce Kata devait être très grande, avec un gabarit svelte qui a de très bons coups de pied sautés, un extraverti, quelqu'un qui pourrait affronter huit adversaires (huit adversaires moyens), qui peut lutter contre beaucoup d'adversaires, donc ça a dû être une personne très forte qui l'a fait. Il a pratiqué ce Kata toute sa vie entière et ses élèves l'ont fait aussi toutes leurs vies.

Beaucoup de karateka ont appris ce Kata de lui et l'ont renommé, mais même dans les Îles d'Okinawa, il y a beaucoup de façons différentes de l'exécuter. Quelques personnes le divisent en deux ou trois. Par exemple, il y a Kushanku-Dai (grand), Kushanku-Sho (petit) et Kushanku Tomari (pour une petite ville sur les îles).

Comme vous savez, c'était le dernier Kata favori de Maître Funakoshi. Il faisait des démonstrations de Kwanku après 70 ans. Nous avons vu son Kwanku beaucoup de fois. Bien sûr, quand je l'ai vu, il ne pouvait pas faire un double coup de pied sauté très haut, mais il faisait encore Kwanku. Donc tous les membres de Shotokan devraient pratiquer beaucoup de Kwanku. J'espère que beaucoup de gens aiment pratiquer ce Kata.

Kwanku est vraiment un Kata de base. Bien qu'il soit long, je le considère encore comme un Kata de base. Chaque mouvement doit être précis et, bien que ce soit une longue forme, nous devrions avoir le rythme et être capable de faire un Kata unifié. Après avoir fait ce Kata beaucoup de fois, votre corps commence à suivre votre esprit.

Tous les Shodan ont dû pratiquer Kwanku 5 000 fois avant de présenter le Nidan test, mais même les seniors doivent affiner Kwanku. (Si vous l'aviez déjà fait 5 000 fois, maintenant défiez-vous pour en faire 10 000.) Kwanku est un long Kata et vous êtes très fatigué, mais quand vous êtes jeune vous devriez faire beaucoup de Kwanku. Je ne recommande pas de faire beaucoup de Kwanku à partir de 40 ans, mais jusqu'à 20 fois dans l'entraînement est correct. Tout le monde devrait être en bonne forme et les membres les plus agés, doivent apprendre à faire Kwanku sans se raidir ou à utiliser le pouvoir de concentration dans les muscles, surtout les épaules et muscles du bras qui devraient être délassés et chaque technique devrait être exécutée avec une bonne sensation.

Je ne pense pas que nous ayons beaucoup de problème avec l'ordre de ce Kata, mais si vous trouvez que quelques parties sont plus difficiles, prenez ces parties et répétez les beaucoup de fois auparavant ou après l'entraînement du Kata. Avec un groupe c'est beaucoup plus facile. Par exemple, je me souviens de plusieurs mouvements de Kwanku, quand vous tournez et descendez pour faire le Shuto-uke (mouvements 42-45 de Kanku-Dai), que nous avons dû pratiquer 50 à 100 fois après deux heures d'entraînement. Nous avons fait cette partie beaucoup de fois et plus tard tout le monde pourrait le faire sans beaucoup de problème. Donc, si vous avez le problème avec certaines parties, juste répétez-les beaucoup de fois. Ne manquez pas de mouvements mineurs, et essayez toujours de faire la forme exacte du Kata chaque fois. C'est la seule façon d'améliorer votre Kata.

Les 2 Kanku

Haut de page
Terminologie

Fumikomi : Coup de pied latéral écrasant au niveau du genou et en dessous.

Hikite : Action d'équilibrer une force transmise d'un côté en envoyant une même puissance en sens inverse. Exemple : exécuter un coup de poing direct vers l'avant tout en tirant fortement l'autre poing vers l'arrière. Cet autre poing fait Hikite..

Kiba-dachi : Position du cavalier de « fer ».

Nidan : Ici le terme est employé en temps que ceinture noire Deuxième Dan.

Shodan : Ici le terme est employé en temps que ceinture noire premier Dan.

Shokei : Style de Karate assimilé au Kyokushinkai créé par Masutatsu Oyama en 1964. Kyokushinkai signifie en japonais « école de la vérité ultime ». Il fut développé à partir des techniques du Karate japonais, le Kyokushin est un Karate de Full-contact, qui met l'accent sur l'efficacité en combat réel. Il se démarque par une recherche d'efficacité au combat alliant des coups directs et lourds. La devise du Kyokushin est « Un coup, une victoire ».

Shuri-te : Le Shuri-te (« Main de Shuri ») est un style de Karate qui s'est développé sur l'archipel d'Okinawa dans la ville de Shuri. Il est le nom de l'un des trois grands styles dominants qui émergèrent à Okinawa sous l'influence des arts martiaux de Chine, avec le Naha-te et le Tomari-te.

Shuto Uke : Blocage effectué avec le sabre de la main (Côté du petit doigt).

Le Tomari-te (« Main de Tomari ») est un style de Karate qui s'est développé sur l'archipel d'Okinawa dans le village de Tomari, peuplé surtout d'agriculteurs et de pêcheurs. Il est le nom du troisième style qui émergea à Okinawa sous l'influence des arts martiaux de Chine, avec le Naha-te et le Shuri-te.

Haut de page
Plan du Site   /   Contact



Nombre de visites : 507 370Réalisation (Décembre 2012) et Mises à jour effectuées par Claude Vuichoud(Date de Modification : 11/12/2017)