Maître Funakoshi Logo Karate-Do Le Dojo-kun

Claude Vuichoud

Claude Vuichoud
Claude Vuichoud

Mon parcours

Je suis né en 1955. Après quelques débuts anecdotiques dans les années 73-80 au sein du CSMPQ, club Petit-Quevillais sous la direction d'Antoine Rosa (aujourd’hui 8ème DAN), une soif d'apprendre se développa et un parcours assez trépident commença alors.
En plus de mon affiliation au CSMPQ, j'arpentai les clubs de la région rouennaise à la recherche de nouveaux partenaires de travail et d'enseignements différents. Cross, Patinage, Karaté et Full-contact étaient mes disciplines de prédilections.
Les entraînements devinrent quotidiens, 7 jours sur 7. Le dimanche, ceux-ci s'effectuaient en forêt avec un petit groupe de passionnés. En 1987, une pause contrainte par les vicissitudes professionnelles mit en stand-by cette progression. Je continuai cependant des entraînements assez poussés dans d'autres disciplines disponibles dans mes créneaux horaires libres : quatre à cinq fois par semaine je pratiquai le patinage sur glace et utilisai mes autres moments au roller acrobatique et d'endurance (des randonnées en roller de 150, 200 km étaient régulières, été comme hiver).

Arrivé dans l'Eure en juillet 1995, Je renoue avec le Karaté en intégrant le “ Karaté Club de Tourny ” (K.C.T.) dès la rentrée de septembre. Francis Soen, 3ème Dan à l'époque y enseignait le Karaté Shotokan.

En 1998 passage de mon 1er Dan et prise de la présidence du club. En parallèle je commence à enseigner en tant qu'instructeur diplômé. Féru d'armes blanches, j'entreprend alors un long parcours d'apprentissage de nombreuses armes : Nunchaku, , Jo, Tonfa, Bokken, Saï, Tanto,... mais aussi l'utilisation de la chaîne, du lancer des Shaken et Shuriken et de tout ce qui peut être manié.

De 1995 à aujourd'hui, une recherche incessante de la perfection et de l'efficacité. Lecture abondante, stages dans des disciplines aussi diverses que le Nihon Tai-jitsu, le Combat russe ou le Krav Maga sans oublier le Karate-do. En parallèle de ma discipline de prédilection que je continue de perfectionner en suivant des cours réguliers pour gradés, je m’inscris pour de longues périodes à une (et une seule à la fois) discipline supplémentaire. C’est ainsi que je pratiquai quelques années le Tai-jitsu, l’Aïkido et plus récemment le Tai-Chi Chuan sous la direction de Maître Liqin Yang (7ème Dan).
Pour la rentrée 2014, c’est le Tenshin Shoden Katori Shinto Ryu que je choisis de pratiquer régulièrement.

Deux mots sur le Tenshin Shoden Katori Shinto Ryu : L'école Katori shinto Ryu est l'une des plus anciennes écoles d'armes japonaises. Elle fut fondée par le duc Iizasa Ienao en 1447, lors de sa retraite au temple de Katori-jingu situé à Sawara, qui était consacré à Futsunushi no Mikoto, une divinité tutélaire des arts martiaux.
L'étude du Katori Shinto Ryu enrichie les connaissances du pratiquant d'Arts Martiaux. L'apprentissage consiste à manier le Bokken (Kenjutsu), le Bo ou bâton de 1,80 m (Bojutsu) et le Naginata, sorte de hallebarde (Naginatajutsu). Elle renforce entre autres la notion de Ma-ai (distance, espace-temps séparant les antagonistes).

En 2005, afin de mieux me consacrer au domaine technique, je laisse la présidence du club à un de mes amis.
Depuis mes débuts d'enseignant, je me voue corps et âme à mes élèves, petits et grands, et tente de leur transmettre cette passion pour les Arts de Défense. En 2010, je me décide tout de même à passer mon 2ème Dan.
Certains de mes élèves, bien plus gradés que moi, continuent à venir s'entraîner de temps en temps sous ma direction à Tourny.

Haut de page

En Avril 2015, je décide avec ma compagne de partir 2 semaines au Japon et plus particulièrement à Okinawa. Ce pèlerinage, riche en enseignement, me permettra de rencontrer et de m’entraîner de façon intensive (5 à 6 heures par jour) avec quelques uns des plus hauts gradés de l’ile. Le matin chez l’un et le soir chez les autres, les karategi n’avaient guère le temps de sécher.

C’est ainsi que je pratiquai le Goju-ryu sous la tutelle de Sensei Morio Higaonna, Hanshi 10ème Dan, dans son Dojo (International Okinawa Goju-Ryu Karate-Do) de Naha. Méthode d’apprentissage très physique ou l’endurcissement de l’ensemble du corps est de rigueur pour ce type de Karaté de « proximité ».

Higaonna - Photo de groupe
Photo de groupe dans le Dojo de Maître Higaonna


Je poursuivis mon apprentissage du Karaté d’Okinawa par le style Uechi-ryu au Dojo « Naha Minami Shubukan » de Sensei Haruyoshi Shimabukuro, Kyoshi 8ème Dan de Uechi-ryu, suivant la branche du Soke Kanmei Uechi. Shimabukuro Haruyoshi est une figure incontournable de cette discipline à Okinawa. Là-aussi le style préconise une résistance physique hors du commun.

Photo de groupe au Dojo de Maitre Haruyoshi Shimabukuro
Photo de groupe au Dojo de Maître Haruyoshi Shimabukuro


Le troisième Sensei et pas des moindres n’est autre que Masahiro Nakamoto, Hanshi 10ème Dan, avec lequel je pratiquai le Kobudo d’Okinawa dans son Dojo « Bunbu Kan » à Shuri. Il est le dernier de la descendance de Matsumura Sokon et est le premier Hanshi 10ème Dan de Kobudo de l’ile. Il est à la tête de l’association de préservation du Shuri-te dans le monde et est le Kancho (autorité suprême) de l’association de préservation de l’Art du Kobudo traditionnel d’Okinawa.

Sensei Nakamoto me fit passer mon premier niveau du Kobudo d’Okinawa avec un Kata de Bo. Le diplôme seul, calligraphié de la main du Sensei, vaut bien la peine de suer sang et eau pendant quelques temps.

Remise de diplome par Maitre Nakamoto
Remise de diplôme par Maître Nakamoto
Remise de diplome de Claude Vuichoud
Ma remise de diplôme par Nakamoto Sensei

Karaté Bushido est à l’origine d’un très beau reportage dans le Dojo de Masahiro Nakamoto.


Une quatrième surprise m’attendait. En effet Maître Zenei Oshiro, natif d’Okinawa et résidant en France depuis 1986 était de passage à Naha. Il fit halte à l’hôtel « de repos ». Ce fut une rencontre très amicale et très riche à tout point de vue. Sensei Oshiro est 8ème Dan de Kobudo Okinawa et 8ème Dan de Karaté Goju Ryu, expert de la FFKDA, membre de la commission nationale des grades et représentant de l'école Shodokan pour toute l’Europe. Il est, actuellement, l'expert technique de nombreux Dojo en Europe et au delà : Portugal, Suisse, Italie, Russie et dans toute la France (Normandie, Centre, Aquitaine, Île de France, Provence Alpes Côte d'Azur, et bien sur en Alsace... où l'on trouve 3 dojos : à Wintzenheim, Ingersheim et à Munster).

Maitre Zenei Oshiro et Claude Vuichoud
Maître Zenei Oshiro et Claude Vuichoud

2015 - le moment d'un break

J’ai décidé de faire de cette saison (2014-2015) la dernière de ma carrière d’instructeur. Le 30 juin 2015 après le cours j’ai donc quitté le Club de Tourny pour me consacrer (égoïstement) à mon développement personnel. Ce break me semble indispensable pour travailler plus en profondeur le Karate-do. Redevenir élève c’est aussi remettre les pendules à l’heure et cet interlude me redonnera la vision d’humilité nécessaire à la pratique des Arts Martiaux.

Je remercie profondément tous ceux qui m’ont suivi durant ces très nombreuses années, qui ont « subit », avec peine et sourire, mes échauffements à chaque fois différents pour une découverte de « nouveaux muscles » ainsi que mes entraînements quelquefois très déroutants.

Cependant je continue assidument mon perfectionnement. Cinq jours par semaine, au minimum, mon Karategi s’alourdi de suées. Inscrit dans quatre clubs différents, je poursuis l’apprentissage du Kobudo, une fois par semaine, et du Karaté-do sous la direction de Francis Soen (6ème Dan) d’une part et de Jean-Luc Schroll (7ème Dan) d’autre part. J’ai intégré le club de ce dernier en septembre 2015 et c’est avec un réel plaisir que je participe à ses deux cours hebdomadaire. Jean-Luc est un personnage assez extraordinaire. Pratiquant depuis 1963, il a créé son club en 1971 et ne l’a jamais quitté depuis. Sympathique et discret, son approche du Karaté n’en n’est pas moins très réaliste. Avec ses soixante dix adhérents, son club d’Acquigny n’est pas le plus populeux de l’Eure mais quand les ceintures noires s’alignent, elles représentent à elles seules la moitié des effectifs. Cela mérite réflexion.

Sous les pressions amicales de mes deux « Sensei », Francis et Jean-Luc, je finis par accepter de passer mon 3ème Dan, début mai 2016. Ce grade, obtenu avec des notes assez flatteuses, marque la continuité de cette progression.

Je tiens à les remercier de me guider sur la Voie et surtout de croire en moi.

Haut de page

Dès septembre 2016, Francis Soen me demande d’être son partenaire de travail pour l’obtention de son 7ème Dan. Nous nous retrouvions donc régulièrement dans les salles d’entrainement habituelles ainsi que dans mon propre Dojo pour un travail intensif.
Son programme se composait, en première partie, de deux Kata de Bokken. Un, exécuté seul et l'autre à deux. Ayant un peu plus d’expérience que lui dans le maniement de cette arme, je le coachais (sans prétention aucune) et corrigeais régulièrement les petites imperfections. La deuxième partie était un ensemble composé d’un Kata puis d’un Kumite-kata ou de nombreux balayages et projections, plus ou moins violents, accompagnaient des techniques particulières. Ayant confiance en mes connaissances historiques de la pratique, il me demanda également de vérifier son mémoire et d’y apporter les quelques corrections et compléments d’informations appropriés.
Ces quelques mois ont été très enrichissants dans de nombreux domaines et améliora encore ma pratique du Karate-do.
Malheureusement, tout ce travail à failli être contrecarré par un fâcheux incident. Mi-décembre, lors d’un entraînement avec Francis, un mauvais coup de pied arrière me fêla une côte. Nous continuâmes malgré tout les répétitions, « en douceur », afin de ne pas perdre tous ce travail effectué depuis septembre.
Début janvier 2017, c’est donc avec une côte à peine remise que je suivais mon Sensei sur Paris pour sa prestation technique devant un jury composé essentiellement des Maîtres japonais de la Fédération. Il put exécuter l’ensemble de son programme de façon réaliste sans être gêné par mon handicap passagé et fut promu au rang de 7ème Dan.

Pour clore cette petite histoire, de fêlée ma côte est passée au stade de la fracture mais je continuais tout de même les entraînements, de façon plus contrôlée, pendant les deux bons mois de consolidation.

Mes principaux formateurs

Antoine Rosa
Antoine Rosa (Normandie)

Il commença la pratique en 1960 dans le seul club français de Karaté de l'époque: le club de la Montagne Sainte Geneviève à Paris où enseignait Maître Henry Plée depuis 1955. Il créa en 1965, avec Michel Perrier, un autre pionnier, la ligue de Normandie. Actuellement 8ème Dan.

Lui-même formé par

Henri Plée

Henry Plée, 10ème dan (Japon) de karaté, a été le pionnier du karaté en France et en Europe au début des années 50.
Il est en outre 5ème Dan de Judo, 3ème Dan d'Aïkido et 1er Dan de Kendo. Il est aussi le maître le plus haut gradé hors du Japon.
Né en 1923 à Arras (Nord-Pas de Calais), il débuta l'étude du Karaté au Japon en 1946, avec Rikutaro Fukuda, élève direct du Maître Gichin Funakoshi. Il fonde en 1955 au 34 de la rue de la Montagne-Sainte-Geneviève, dans le 5ème arrondissement de Paris, le premier Dojo occidental enseignant les quatre piliers des arts martiaux japonais, le Judo, le Karaté, l'Aïkido et le Kendo. La plupart des hauts gradés français actuels ont été formés par lui-même.

 

Françis Soen
Françis Soen (Normandie)

Né en octobre 1967, il commence le Karaté en 1976.

A enseigné au Karaté Club de Tourny (dont il fût le fondateur avec son père) de septembre 1988 à juin 2001.
A enseigné également de nombreuses années au SPN de Vernon le Karaté et le Tai-jitsu.
Passe son 4ème Dan en 1998.
Passe son 5ème Dan en 2003.
Passe son 6ème Dan FFKDA en 2010.
Passe son 7ème Dan FFKDA en janvier 2017.

Spécialisations : Karaté Shotokan, Tai-jitsu, Tonfa professionnel
Enseigne également : Relaxation, Karaté Jutsu, Self-défense féminine, Kobudo
Enseigne le Karaté-Do à Ecos, dans l'Eure sur le plateau du Vexin
Organise des stages Nationnaux de Tonfa
...

Ex membre de la sécurité du métro Parisien GPSR Police Ferroviaire
Instructeur GTPI Police territoriale
Membre du collège des hauts gradés Normands

DIPLÔMES SPORTIFS
- DEJEPS
- Brevet d'Etat d'Educateur Sportif 1er degré
- Brevet d'Enseignant d'Education Physique National
- BNS Réanimation

PALMARES SPORTIF
- 4 fois champion de l'Eure individuel Technique
- 3 fois champion de l'Eure Technique par équipe
- 3ème au championnat de Normandie Combat
- 4 fois champion de Normandie individuel Technique
- 1 fois champion de Normandie Technique par équipe
- 3ème au championnat de France militaire Combat
- Vice-Champion de France militaire Technique
- 8ème Coupe de France Technique
- Vainqueur de la Coupe Internationale GILBERT GRUSS 1991

Lui-même formé par

- Balbin C.
- Signavong D.
- Paul J.L.

Mes premiers pas dans un Dojo datant de 1973 aussi, cet attachement pour les arts martiaux et le Karate-do en particulier a eu le temps de faire son chemin. Depuis quelques années j’ai « la chance » d’avoir des bâtiments sans affectation particulière donc, échafauder le projet puis construire mon propre Dojo (familial de 30 m2) fut un cheminement naturel. Quelques matériaux nobles et beaucoup d’huile de coude m’ont permis de réaliser ce « rêve » de pratiquant.

Ici je vous en propose quelques photos
 
Haut de page
Plan du Site   /   Contact



Nombre de visites : 507 370Réalisation (Décembre 2012) et Mises à jour effectuées par Claude Vuichoud(Date de Modification : 11/12/2017)