Maître Funakoshi Logo Karate-Do Le Dojo-kun
Les positions d'attente Les positions actives Les positions diverses
Ensei-dachi Fudo-dachi Gyaku-zen-kutsu-dachi Hachiji-dachi Hangetsu-dachi Heiko-dachi
Heisoku-dachi Kake-dachi Kiba-dachi Ko-kutsu-dachi Kosa-dachi Moto-dachi
Musubi-dachi Neko-ashi-dachi Renoji-dachi Sagi-ashi-dachi Sanchin-dachi Seisan-dachi
Shiko-dachi Sochin-Dachi Teiji-dachi Tsuru-ashi-dachi Uchi-hachiji-dachi Yoi-dachi
Shizentai Zen-kutsu-dachi Terminologie

Les positions

Le Karaté, comme la plupart des Arts Martiaux, est subordonné aux lois de la physique et chaque déplacement, chaque position, chaque technique doit répondre à certains critères pour l'obtention d'un maximum d'efficacité.

Les postures nous ont étés transmises à travers les siècles pour répondre à un maximum de situations dans un but unique : « survivre » quel que soit l'attaque (ou les attaques). Quelques-unes ont évoluées pour s'adapter aux nouvelles formes de combat mais toutes allient force, équilibre et mobilité. Ces trois notions ne peuvent être dissociées. Ce sont les clés du combat. Un combat ne doit pas être vu comme quelque chose de « loyal », avec ou « sans règle » (de toute façon, dans ce dernier cas, nous avons les mêmes), un contre un. Si les champs de bataille ne sont plus d'actualité, les agressions actuelles n'ont rien à leur envier.

Une position est un cliché pris à un instant « T » mais en aucun cas quelque chose de fini. C'est la suite d'un déplacement qui en précède un autre puis un autre... la fluidité de cet ensemble, sans début ni fin, va passer par un contrôle harmonieux de notre corps dans l'espace. Tâche difficile, mais nous avons tout notre avenir pour y travailler.

Chaque posture possède ces caractéristiques qui vont lui donner son « pouvoir ». Ce sera souvent un compromis de l'idéal utilisé pour la défense, l'attaque ou l'esquive. Le travail de chacune d'entre-elles, en Kihon avec ou sans technique, ne doit pas nous faire oublier l'essentiel : force, équilibre, mobilité.

Un facteur supplémentaire que la physique ne peut appréhender, va s'ajouter aux multiples éléments : l'esprit, toujours dirigé vers l'avant. Mais ce n'est pas le sujet de cette page.

Les positions d'attente

Hachiji-dachi Heiko-dachi Heisoku-dachi Musubi-dachi Renoji-dachi
Shizentai Teiji-dachi Uchi-hachiji-dachi Yoi-dachi
Hachiji-dachi
Position Hachiji-dachi
Hachiji-dachi ou Yoi-dachi

C'est une position naturelle et préparatoire à l'exécution d'une technique. On est debout et détendu, talons écartés de la largeur des hanches, orteils ouverts vers l'extérieur. Le poids du corps est réparti équitablement sur les deux pieds. Elle est généralement adoptée au début et à la fin d'un Kata. Attention à ne pas trop écarter les pieds et ne contracter que légèrement les abdominaux.Le reste du corps est détendu.

Hachiji-dachi_S
Heiko-dachi
Position Heiko-dachi
Heiko-dachi

Position d'attente équilibrée avec le bord externe des pieds parallèles. Les talons sont situés à la verticale des hanches et les orteils dirigés vers l'avant.

Heiko-dachi_S
Heisoku-dachi
Position Heisoku-dachi
Heisoku-dachi

Position avec les pieds parallèles. Les talons ainsi que les orteils sont joints, le corps est droit et les jambes ne sont pas complètement tendues. Cette posture d'attente est souvent utilisée dans les Kata. Elle permet des déplacements multidirectionnels rapides.

Heisoku-dachi_S
Musubi-dachi
Position Musubi-dachi
Musubi-dachi

C'est une position d'attente. Les talons sont joints et les orteils ouverts vers l'extérieur. C'est la position que l'on adopte lors du salut debout (Ritsu-rei).

Musubi-dachi_S
Renoji-dachi
Position Renoji-dachi
Renoji-dachi

Position assez proche du Teiji-dachi, mais ici l'axe du pied avant passe par le talon du pied arrière formant ainsi un « L ».
Cette position offre un minimum de surface à l'attaque adverse et permet un contre rapide du pied avant. Les attaques des membres avancés, tels Mae-te ou toutes les techniques de pieds avant, sont facilités.

Renoji-dachi_S
Shizentai Shizentai

Posture naturelle. Cette position est celle du Karatéka confirmé. Comme le signale un des préceptes (le 17ème) de Maître Funakoshi : Kamae wa shoshisha ni, ato wa shizentai - « Pour les débutants prendre la garde, plus tard tout doit partir de la posture naturelle ».
Les techniques sont effectuées à partir de cette position. Le corps doit être complètement libéré des tensions et l'esprit calme, dans un état de non-pensée, afin de pouvoir faire « exploser » la technique.

Teiji-dachi
Position Teiji-dachi
Teiji-dachi

C'est une position naturelle, telle Shizentai. Un pied est légèrement avancé formant un angle droit avec l'autre et l'axe qui passe par ce pied avant est dirigé vers le milieu du pied arrière pour former un « T » renversé. Le buste est de ¾ et offre une surface très réduite à l'adversaire. Renoji-dachi est une posture très proche du Teiji-Dachi.

Teiji-dachi_S
Uchi-hachiji-dachi
Position Uchi-hachiji-dachi
Uchi-hachiji-dachi

Position proche de Hachiji-dachi avec les talons à la verticale des hanches et les doigts de pied dirigés vers l'intérieur. Les genoux suivent la trajectoire des pieds et font se resserrer les cuisses, protégeant ainsi les parties génitales. Cette posture permet une bonne mobilité ainsi qu'une bonne protection.

Uchi-hachiji-dachi_S
Haut de page
Les positions actives

Ensei-dachi Fudo-dachi Gyaku-zen-kutsu-dachi Hangetsu-dachi Kiba-dachi Kokutsu-dachi Moto-dachi
Neko-ashi-dachi Sanchin-dachi Seisan-dachi Shiko-dachi Sochin-Dachi Zen-kutsu-dachi
Ensei-dachi
Position Ensei-dachi
Ensei-dachi

Position accroupie sur les orteils. Elle permet d'esquiver une attaque de poings ou éventuellement de pieds (attaque circulaire) au niveau Jodan en se baissant et de contre-attaquer de façon inattendue. Les cibles privilégiées sont les parties génitales, un amené au sol via une saisie de la cheville d’une main et poussée au niveau du genou de l’autre ou encore une remontée brutale du corps pour une attaque passant sous la garde adverse.

Fudo-dachi
Position Fudo-dachi
Fudo-dachi ou Sochin-Dachi

Fudo signifie « indéracinable ». C'est une position très représentative du Karaté de bon niveau. Cette position à la fois forte et mobile est celle du combattant. Elle est un excellent compromis entre toutes les postures de base prédestinées soit à l'attaque soit à la défense. La répartition du poids du corps est faite équitablement sur les deux jambes et offre une très grande mobilité.

Fudo-dachi_S
Gyaku-zen-kutsu-dachi
Position Gyaku-zen-kutsu-dachi
Gyaku-zen-kutsu-dachi

La position des jambes est celle du Zen-kutsu-dachi mais le corps est de profil et le regard dirigé vers l'arrière.

Gyaku-zen-kutsu-dachi_S
Hangetsu-dachi
Position Hangetsu-dachi
Hangetsu-dachi

Position très large typique du Kata Hangetsu « demi-lune ». Cette position est très similaire au Fudo-dachi mais les pieds sont exagérément écartés. C'est un compromis entre le Zen-kutsu-dachi et le Sanchin-dachi dont elle est issue. La tension des genoux est orientés vers l'intérieur. C'est une position très forte et très stable.

Hangetsu-dachi_S
Kiba-dachi
Position Kiba-dachi
Kiba-dachi

Position dite du « cavalier de fer ». Comme son nom l'indique, c'est une position très stable et très forte mais difficile à tenir pour le néophyte. Le corps repose équitablement sur les deux pieds fortement écartés et parallèles. Les talons et les genoux sont poussés vers l'extérieur et le bassin légèrement en rétroversion. Le buste droit permet une orientation de la tête de 180°, une vision à 360° sans déplacement et des changements multidirectionnels rapides.

Force et légèreté est l'apanage de cette position dont le centre de gravité occupe toujours une position centrale. Hormis le ventre, la partie haute du corps doit rester décontractée, la force étant sous les aisselles. De cette position découlent toutes les autres.

Kiba-dachi_S
Ko-kutsu-dachi
Position Ko-kutsu-dachi
Ko-kutsu-dachi

C'est une position vers l'arrière plus appropriée à la défense. Les deux talons se situent sur une même ligne, le pied avant dirigé vers l'avant et le pied arrière à 90° par rapport à la ligne de déplacement. Les genoux doivent être dirigés vers leur pied respectif en évitant les genoux « rentrants ». Le poids du corps est réparti pour 30% sur l'avant et 70% sur la jambe arrière. En règle générale, elle nous donne le sentiment d'être « assis » sur le talon arrière. Cette position permet en autre une frappe rapide du pied avant simultanément à la technique de défense.
Comme Kiba-dachi cette position est très difficile à tenir et il faut souvent plusieurs années avant d'en maîtriser toutes les subtilités.

Ko-kutsu-dachi_S
Moto-dachi
Position Moto-dachi
Moto-dachi

C’est une position de base, souvent appelé « petit Zen-kutsu-dachi ». Le buste est légèrement de ¾ et le poids du corps sensiblement réparti sur les deux jambes, pratiquement droites. Les pieds sont parallèles et leur écartement correspond à la largeur des hanches.

Neko-ashi-dachi
Position Neko-ashi-dachi
Neko-ashi-dachi

C'est une position défensive dite la « posture du chat ». Le poids du corps est essentiellement supporté par la jambe arrière, légèrement fléchie. Le pied de la jambe d'appui est dirigé à environ 45° vers l'extérieur et le pied avant, quant à lui, talon fortement relevé, repose à peine sur les orteils. Cette position assure une grande mobilité des hanches et, comme le Ko-kutsu-dachi, une attaque vive de la jambe avant.

Neko-ashi-dachi_S
Sanchin-dachi
Position Sanchin-dachi
Sanchin-dachi ou Seisan-dachi

Position dite du « sablier » (orteils vers l'intérieur). Elle est issue de la boxe chinoise et est tout à fait appropriée aux techniques puissantes nécessaires aux combats rapprochés. C'est la position de l'ancien Kata Seisan. Les genoux fortement resserrés protègent les parties génitales. Cette posture permet une excellente mobilité, aussi bien du buste que des pieds et offre ainsi vision et protection sur pratiquement 360°.

Sanchin-dachi_S
Shiko-dachi
Position Shiko-dachi
Shiko-dachi

C'est la position du Sumô. C'est une variante du Kiba-dachi avec les pieds tournés à environ 45° vers l'extérieur. L'intégration de cette position dans le Karaté vient certainement de son utilisation dans les combats de Sumotori.

Shiko-dachi_S
Zen-kutsu-dachi
Position Zen-kutsu-dachi
Zen-kutsu-dachi

Position fente avant très basse. Dans l'idéale le travail dans cette position devrait d'effectuer avec les hanches à la même hauteur que les genoux. Le Zen-kutsu-dachi est une des positions fondamentales du Karaté Shotokan. Sa force réside dans le fait que toutes les parties du corps sont « poussées » vers l'avant, l'esprit y compris. Les deux pieds sont sur deux lignes bien distinctes passant à la verticale des hanches. Le genou de la jambe avancée se situe au-dessus des orteils et la jambe arrière est tendue. Le pied avant est dirigé vers la ligne de déplacement et le pied arrière entre 30 et 45° vers l'extérieur. Les genoux suivent la direction du pied respectif. Le corps, comme pour toutes les autres positions est droit.

Zen-kutsu-dachi_S
Haut de page
Les positions diverses

Kake-dachi Kosa-dachi Sagi-ashi-dachi Tsuru-ashi-dachi
Kosa-dachi
Position Kosa-dachi
Kosa-dachi ou Kake-dachi

C'est une position pieds croisés. Le pied avant est dirigé vers l'avant tandis que le pied arrière, talon levé, vient se placer derrière lui. Les jambes sont pliées et fermement collées l'une à l'autre afin de pouvoir exécuter des techniques puissantes. Le poids du corps est pratiquement supporté par la jambe avant et le buste est de ¾ ou de face alors que le pied arrière sert de stabilisateur. On retrouve cette position dans quelques Kata tels Heian Yodan, Heian Godan et Bassai Dai.

Kosa-dachi_S
Sagi-ashi-dachi
Position Sagi-ashi-dachi
Sagi-ashi-dachi ou Tsuru-ashi-dachi ou encore Gankaku-dachi

Position de combat de la grue sur un seul pied. Le pied qui est levé, prêt à frapper, vient se positionner soit dans le creux poplité du genou de l'autre jambe, soit en avant de ce même genou. Cette position existe dans certains Kata tel Gankaku.

Sagi-ashi-dachi_S
Haut de page
Terminologie

Bassai Dai : C'est la grande version du Kata Bassaï « Pénétrer une forteresse ». C'est un Kata clé du Shotokan dont sont issues tous les Heian. Pour plus d'information, se référer à la page du Kata.

Gankaku : Ce Kata dont le nom peut se traduire « la Grue sur le rocher » est d'origine ancienne et nous vient probablement de la boxe chinoise du style du Héron. Un de ses points forts est la recherche de la puissance en équilibre sur une jambe. Pour plus d'information, se référer à la page du Kata.

Hangetsu : Hangetsu (demi-lune) vient des mots japonais « Han » qui veut dire demi et « Getsu » qui veut dire la lune. Ce Kata est le seul Kata respiratoire de l'école Shotokan. Selon Maître Funakoshi il tiendrait ses origines d'un ancien Kata appelé « Seisan » dont la position type est Sanchin-dachi. Pour plus d'information, se référer à la page du Kata.

Heian Godan : Le cinqième et dernier de la série des Kata Heian « esprit paisible ». Pour plus d'information, se référer à la page du Kata.

Heian Yodan : Le quatrième de la série des Kata Heian « esprit paisible » qui en compte cinq. Pour plus d'information, se référer à la page du Kata.

Jodan : Niveau haut correspondant au cou et à la tête (au-dessus des épaules).

Kihon : Entraînement de base des Arts Martiaux traditionnels. Les techniques, positions et déplacement sont généralement étudiés dans « le vide » sans partenaire.

Mae-te : Coup de poing sec et rapide donné de la main avant sans déplacement ou à partir d'un pas glissé.

Ritsu-rei : C'est un salut qui s'effectue en position debout, talons joints, pieds écartés, colonne vertébrale bien droite, les épaules basses, détendues, et les mains ouvertes avec les paumes le long des cuisses et les doigts serrés. Il est réalisé dans de nombreuses situations : en entrant et en sortant du Dojo, avant et après le travail avec un ou plusieurs partenaires, lors de la présentation des Kata,... Pour plus d'information, se référer à la page du Rituel traitant le Ritsu-rei.

Seisan : Kata d'origine chinoise, importé dans l'ile d'Okinawa en deux versions vers le milieu du XIXème siècle. Kanryo Higaonna (1853-1916) apporta sa version au style Goju-Ryu et Kanbun Uechi (1877-1948) pour le Uechi-Ryu. Une troisième version, peut être plus ancienne, connu de Anko Itosu (1830-1915), et enseigné à Gichin Funakoshi, est à l'origine du Kata Hangetsu.

Shotokan : Un des styles de Karaté Okinawaïen, tirant ses origines de la boxe chinoise, très largement diffusé au Japon par Gichin Funakoshi dès 1922. Le terme « Shotokan » est apparu en 1938. Il vient de son nom de calligraphe «Shôtô » (bruissement de la pinède) et « Kan » signifiant maison ou Dojo. Pour plus d'information, se référer à la page de l'historique du Shotokan.

Sumô : Désigne le sport traditionnel de lutte d'origine japonaise et aux racines chamanique. Le combat se déroule au centre d'un cercle. Le but étant d'en faire sortir l'autre lutteur.

Sumotori : Lutteur de Sumô.

Haut de page
Plan du Site   /   Contact



Nombre de visites : 507 370Réalisation (Décembre 2012) et Mises à jour effectuées par Claude Vuichoud(Date de Modification : 11/12/2017)