Maître Funakoshi Logo Karate-Do Le Dojo-kun
Termes génériques
Les chutes Les projections Terminologie

Les Projections (Nage)

Contrairement au Judo ou au Ju-jitsu, les projections ne sont que rarement utilisées par les Karateka. Ceux-ci privilégiant les blocages et frappes pieds/poings à tout autre mesure. Le Karate-do, différemment du Karate-sportif, ne fait pas le zapping sur ces techniques ancestrales. S'il est vrai que le Karateka n'a pas la vocation de saisir l'autre pour lui faire voir que les humains aussi peuvent voler, l'étude des projections permet également d'en connaitre les limites et éventuellement de les contrer voire anticiper la chute et retourner les situations en notre faveur.

Les deux disciplines citées plus haut reposent aujourd'hui sur ces techniques d'amener au sol plus ou moins violent. Elles en possèdent une énorme panoplie pas toujours réalisable en combat réel. Nous ne sommes pas tous des Angelo Parisi ou Teddy Riner affichant leur quintal bien pesé sur le Tatami. Il faut faire avec ce que l'on est, en utilisant le moins de force possible pour déséquilibrer ou projeter nos adversaires.
Etre capable de projeter les autres signifie également avoir la possibilité d'être soi-même projeté (aie, aie, aie...).

Les projections sont implicitement liées à la dure réalité du terrain. Si la sévérité de ce contact avec le sol nous est désagréable ou nous fiche la frousse, la première étape serait donc de se familiariser avec lui.

Petite remarque en passant, les Kata regorgent de déplacements et mouvements pouvant être assimilés à des projections. Certains paraissent évident et d'autres nettement moins et pourtant...

Haut de page
Les chutes

Il est inutile de pratiquer un sport quelconque, pour connaître les douleurs occasionnées par une chute. Qui ne s'est pas « ramassé » sur une plaque de verglas, « vautré » à cause d'un obstacle inattendu, « éclaté » à cause d'un croc-en-jambe que l'ON se serait fait... je ne parlerais pas des dégringolades de vélo ou de tout autre utilitaire aussi imprévisible (ah! gravité divine).

La plupart des maux occasionnés par une chute sont liés à la forte tension précédant le contact avec le sol. C'est un réflexe essentiellement propre à l'adulte. Nous avons perdu l'insouciance de nos tendres années, ou tomber faisait partie de nos jeux.

Dureté contre dureté, c'est le plus dur qui gagne et nous ne pouvons rivaliser avec notre plancher des vaches.

Dans les arts martiaux chinois, la notion de Yin et de Yang (ici de mou et de dur) viendrait rapidement à notre rescousse. Une balle en mousse sur un sol de marbre va rebondir sans mal alors qu'une pierre va se casser.
En cas de lutte, c'est un ennemi potentiel qui va « geler » nos actions par le simple fait de se sentir « plonger » vers lui et nous mettre à la merci de nos agresseurs.

Je dis souvent à mes élèves, lors d'entraînements spécifiques, que le sol est notre ami. C'est notre partenaire de combat. Il sera toujours là, que nous soyons au fin fond de la Corrèze, de l'Australie ou dans les quartiers malfamés des métropoles.
Montrez-lui que vous avez peur et il vous « sautera à la gorge » comme un animal sauvage. Caressez-le dans le sens du poil, il deviendra pour vous doux comme un agneau. Apprenez donc à l'apprivoiser et il vous le rendra au centuple. Apprenez à chuter, progressivement, sans heurt, décontractez-vous et n'utilisez pas les mains pour « amortir » la chute, cela ne provoquerait que douleurs articulaires et tensions inutiles.
Utilisez la flexion des jambes et le « rembourrage » des fesses pour entrer en contact avec ce maudit sol. Le rouler-bouler est une étape plus difficile à franchir qu'il est préférable d'aborder en milieu protégé.

Donc, avant de s'improviser Yamakasi, quelques bases bien forgées sont indispensables. La plupart des Dojo, si l'enseignement y est prodigué, sont propices aux exercices contrôlés de brises-chutes avant (Mae-ukemi), arrière (Ushiro-ukemi) ou latérale (Yoko-ukemi). Les Tatami amortissent la chute et donnent donc un peu plus d'assurance qu'un plancher ou une surface rocailleuse. Les Ukemi (de « Uke », protection et « Mi », corps) se pratiquent à partir de trois positions de départ : assise, accroupie ou debout. La règle est que le corps touche le sol sans heurt. La tête, les coudes, poignets ou chevilles devront être protégés durant tout le parcours de la chute. Les brises-chutes sont également accompagnés d'un claquement vif de main(s) sur le sol afin de renvoyer l'onde de choc qui ne manquera pas d'arriver lors de la rencontre corps/Tatami. De longues séances difficiles en perspective.

IMPORTANT : il ne faut pas oublier que les chutes exécutées dans l'enceinte protégée d'un Dojo ou d'une aire de rencontre arbitrée n'a rien à voir avec la réalité d'un combat. Rester au sol peut quelque fois être un avantage devant un adversaire SEUL mais devient catastrophique face à un groupe d'individus mal intentionnés. La chute doit impérativement se poursuivre par un retour rapide sur ses pieds et faisant face aux agresseurs.

Se relever sans l'aide des mains, depuis toutes les positions possibles et imaginables, est une autre phase de l'apprentissage des projections.

Haut de page
Mae-ukemi Ushiro-ukemi Yoko-ukemi
Mae-ukemi Mae-ukemi (La chute avant)

Quel que soit le type de roulade que l'on effectue, la tête ne doit pas servir de pivot. Elle sert uniquement à penser et non à supporter le poids du corps.

Exercice 1 : Se laisser choir vers l'avant
Les jambes sont tendues, non serrées, et le corps droit. Se détendre complètement. Dans cette position, amener les mains à l'horizontal, sans tendre les bras (protection des articulations), puis se laisser tomber vers l'avant. Quand les mains sont sur le point de toucher le sol, contracter les aisselles et replier légèrement les bras afin que le contact se fasse le plus doucement possible par un effet de piston. La tête ne bascule pas, elle reste droite par rapport au buste et les genoux ne plient pas. Ce sont uniquement les bras qui doivent amortir la chute et non les genoux. Ne pas chercher à freiner trop rapidement l'effet piston. La contraction des bras est progressive jusqu'à l'arrêt total. La longueur des bras est largement suffisante pour ne pas s'écraser le nez sur le sol. Si les bras sont trop courts, dommage...

Exercice 2 : La roulade (à droite) en position à genou
Avancer le pied droit, poser le genou gauche et la main gauche au sol. Cette dernière est située sur l'alignement du pied gauche. Placer ensuite le dos de la main droite entre la main gauche et le pied droit, le plus loin possible vers l'arrière, rentrer le menton contre le buste puis pousser sur le pied gauche en tendant simplement la jambe et rouler sur l'extérieur du bras droit puis l'épaule et les omoplates pour finir sur le flanc gauche. A ce moment précis, frapper sèchement le sol de la main gauche.

Exercice 3 : La roulade en position debout
Elle consiste à avancer une jambe et à rouler autour du bras correspondant, le menton rentrée, le bras arrondi et dans l'axe du corps, l'épaule bien avancée.
Amener le buste vers le sol, en fléchissant ou non la jambe avant, et pousser sur la jambe arrière dès que le coté extérieur de la base du bras (au-dessus du poignet) entre en contact avec le sol. Comme le principe du cerceau que l'on fait rouler, le contact doit se poursuivre sur toute cette ligne extérieure du bras puis l'épaule et les omoplates pour se terminer sur le flanc opposé. Replier la jambe arrière juste avant qu'elle ne touche le sol permettra de se relever dans la foulée et éventuellement pivoter pour faire face au point de départ de la chute.

Chute avant par Claude Vuichoud

Ouvrir la Vidéo
Ushiro-ukemi Ushiro-ukemi (La chute arrière)

Exercice 1 : La chute arrière à partir de la position debout
Rentrer le menton contre la poitrine et croiser les bras devant soi. S'accroupir puis se laisser basculer vers l'arrière. Dès que le dos entre en contact avec le sol, les mains viennent frapper sèchement le sol pour amortir la chute. Attention à la position des bras. Ceux-ci ne doivent pas être dans l'alignement des épaules mais pratiquement le long des cuisses au moment de la frappe. Finir la chute en montant les jambes sans pour autant décoller les fesses du sol.
Pour se relever dans la continuité de la roulade, donner une bonne impulsion des jambes vers l'arrière, mettre la tête, par exemple, sur le côté droit pour rouler sur l'épaule droite, poser les genoux, jambes pliées, au-delà de la tête et se redresser à partir de cette position à genoux. Arrondir le dos au maximum pour faciliter cet exercice de contorsionniste. Les mains, normalement n'ont aucune action dans cette dernière phase.

Exercice 2 : La chute arrière à droite
Sur un déséquilibre arrière reculer le pied droit et fléchir la jambe jusqu'à la position assise sur le talon. Poser la fesse droite au sol puis rouler en arrière par-dessus l'épaule droite, tête bien rentrée du côté droit. Une bonne impulsion des jambes vers l'arrière permet de se relever dans la foulée pour faire face à l'adversaire rapidement. Si la chute est violente, frapper sèchement le sol d'une main au moment précis où le dos entrera en contact avec le sol.
Pour la chute arrière à gauche, consulter Mme Germaine Soleil ou inverser les actions.

Chute arrière par Claude Vuichoud

Ouvrir la Vidéo
Yoko-ukemi Yoko-ukemi (la chute latérale)

Exercice : La chute latérale à droite
A partir de la position debout, monter la jambe droite de l'autre côté de la gauche ainsi que la main droite dans la même direction. Fléchir au maximum la jambe d'appui (la gauche) jusqu'à ce que le corps bascule vers la droite. Rentrer le menton contre la poitrine et se laisser choir sur le côté droit en frappant sèchement le sol de la paume de la main droite. Lever les jambes en fin de chute pour éviter de casser brutalement le mouvement.
Sur une chute un peu plus douce, poser la fesse droite en premier puis continuer de rouler sur le côté droit.

Pour la chute latérale à gauche, Mme Soleil n'étant plus parmi nous, consulter les arcanes du « Tarot de Marseille » ou inverser les mouvements.

Chute latérale par Claude Vuichoud

Ouvrir la Vidéo
Haut de page
Les Termes génériques

Koshi-wasa

Techniques de hanches.

Mae-sutemi-wasa

Techniques de sacrifice de face.

Nage-ashi-wasa

Ensemble des techniques de projection effectuées avec la jambe.

Nage-wasa

Terme générique pour regrouper l'ensemble des techniques de projection.

Ukemi-wasa

Terme générique pour regrouper l'ensemble des techniques de chute.

Yoko-sutemi-wasa

Techniques de sacrifice de côté.

Haut de page
Les Projections

L'étude des projections est des plus enrichissantes. Elle nous renseigne sur notre « pôv » condition humaine. Elle nous éclaire sur ce que sont : le centre de gravité, la biomécanique, les faiblesses articulaires mais aussi sur la puissance propre à la physique des leviers, la résistance osseuses, la gestion de l'espace (surtout quand nous sommes entre ciel et terre), etc...

Il me parait opportun de préciser qu'une projection est rarement exécutable « d'entrée de jeu ». Une action préalable, détournant l'attention de l'adversaire est nécessaire. Le Karateka possède de nombreux atouts pour cela. Si la situation le permet, la technique doit être exécutée sans appel ni hésitation.

Les quelques techniques présentées ici, avec partenaire consentant, ne sont qu'une infime représentation de l'existant. (Survoler les images pour voir l'animation)

Ashi-guruma De-ashi-barai Harai-goshi Hiza-guruma Kata-guruma Koshi-guruma
Ko-soto-gari Ko-uchi-gari Morote-seoi-nage O-goshi O-guruma Okuri-ashi-barai
O-soto-gari Tomoe-nage Tsurikomi-goshi Uki-goshi Uki-waza
Ashi-guruma Ashi-guruma

Roue autour de la jambe.

Tori et Uke sont face à face en garde jambe gauche devant.
Tori saisie la manche droite de Uke de la main gauche et au niveau de l'épaule de l'autre main. Tori déséquilibre Uke en le tirant de la main gauche tandis qu'il le pousse de la main droite. Il pivote vers la gauche en tendant sa jambe droite devant Uke, place son talon droit sur le bord externe du genou droit de Uke, continue à tirer de la main gauche et pousser de la main droite. Tori poursuit sa rotation sur la gauche en accentuant la montée de sa jambe droite. Uke est alors projeté en s'enroulant autour de la jambe de Tori. Ce dernier conserve la saisie du bras droit de Uke et amène le coude contre son genou gauche. L'arm-lock immobilise Uke au sol.
Inverser les mouvements à partir d'une garde à droite.

De-ashi-barai De-ashi-barai

Balayage du pied avancé.

Le principe est d'amener l'adversaire à se déplacer vers l'avant ou l'arrière pour lui faucher la jambe avancée avec la plante de pied. Le balayage s'effectue au niveau de la cheville dans un mouvement circulaire allant de l'extérieur vers l'intérieur.
L'action est plus efficace quand elle survient au moment où le pied adverse est sur le point de se poser au sol.

Harai-goshi Harai-goshi

Balayage de la hanche.

Tori et Uke sont face à face en garde jambe droite devant.
Tori saisie la manche droite de son adversaire de la main gauche, pivote vers la gauche en déplaçant son pied droit devant les pieds de Uke, tire le bras droit adverse vers l'arrière tandis sa main droite saisie le col et pousse Uke pour le faire pivoter dans le même sens. Tori positionne sa hanche droite sous le ventre de Uke et porte tout son poids sur la jambe gauche. Il tend l'autre jambe contre l'extérieur de la jambe droite de Uke pour faucher celle-ci en un large mouvement de bas en haut. Pendant cette action, Tori continue à tirer de la main gauche et pousser de la main droite pour faire basculer le corps de l'adversaire autour de sa hanche. Uke va être violemment projeté vers le sol. Pendant l'« envolée », Tori lâche la saisie du col pour venir contrôler le bras droit de Uke (toujours saisie par la main gauche) quand ce dernier touchera le sol. Le bras en extension contre le genou droit de Tori, immobilisera l'adversaire.
Inverser les mouvements à partir d'une garde à gauche.

Hiza-guruma Hiza-guruma

Roue autour du genou.

Tori et Uke sont face à face en garde jambe droite devant. Tori saisie la manche droite de son adversaire de la main gauche et au niveau de l'épaule de l'autre main, le déséquilibre en le tirant tandis qu'il déplace son pied droit vers le pied gauche de Uke. Il place la plante de son pied gauche sur le bord externe du genou droit de Uke, le bloquant de telle sorte qu'il ne puisse plus avancer pour reprendre son équilibre compromis. Tori efface son corps sur le côté et tire Uke par une combinaison de l'action de ses mains, comme pour tourner un volant. Uke tombe à ses pieds en décrivant un cercle. Tori vient renforcer la saisie du bras droit adverse avec sa main droite, pose le coude de Uke sur son genou droit et tente de lui amener le poignet contre sa cuisse. L'arm-lock immobilise Uke au sol.
Inverser les mouvements à partir d'une garde à gauche.

Kata-guruma Kata-guruma

Roue autour des épaules.

Tori et Uke sont face à face en garde jambe droite devant.
Tori saisie de sa main gauche la manche droite de Uke et le tire ou le pousse pour le déstabiliser, déplace son pied droit près de l'adversaire en se baissant, jambes fléchies, passe son bras droit entre les jambes de Uke pour saisir la jambe droite de celui-ci derrière le genou. Tori charge Uke sur ses épaules, se redresse et le projette de l'autre côté.

Koshi-guruma Koshi-guruma

Roue autour des hanches.

Ko-soto-gari Ko-soto-gari

Petit fauchage extérieur.

Ko-uchi-gari Ko-uchi-gari

Petit fauchage (balayage/crochetage) intérieur.

Tori et Uke sont face à face en garde naturelle jambe droite avancée.
Tori saisie, de sa main gauche, la manche droite de Uke, se déplace légèrement sur la gauche, prend appui sur son pied gauche et tire son adversaire vers le bas tout en le poussant de son avant-bras droit. Puis il lance sa jambe droite entre celles de Uke et vient placer la plante de son pied droit derrière le talon droit adverse. En s'appuyant sur son pied gauche et en poussant vers l'avant et vers le bas, Tori fauche la jambe de Uke d'un coup vif de son pied droit, au ras du sol. Uke tombe sur le dos devant Tori. Ce dernier peut éventuellement poursuivre son adversaire au sol par un Mae-geri à l'entre-jambe ou un Tsuki au corps ou au visage.

Morote-seoi-nage Morote-seoi-nage

Projection de l'épaule à deux mains.

Tori et Uke sont face à face en garde naturelle jambe droite avancée.
Tori saisie, de sa main gauche, la manche droite de Uke et le tire vers l'avant pour le déséquilibrer. Il déplace son pied droit devant Uke et pivote complètement sur ce pied, jambes fléchies et tournant le dos à l'adversaire. Sans lâcher le revers qu'il tient de sa main droite, Tori vient placer son avant-bras, coude plié, sous l'aisselle droite de Uke, le charge sur son épaule et en redressant les jambes et se penchant vers l'avant, il fait basculer Uke par-dessus lui. Ce dernier au sol, Tori peut en profiter pour lui asséner un Yoko-geri sur le flanc droit.

O-goshi O-goshi

Grande projection de hanche.

Tori et Uke sont face à face en garde naturelle jambe droite avancée.
Tori déséquilibre Uke vers l'avant en le tirant, parallèlement au sol, du bras gauche. Il déplace son pied droit devant lui, sans relâcher sa traction, passe son bras droit sous l'aisselle gauche de Uke pour aller poser la main dans le dos de celui-ci. Tori pivote complètement pour tourner le dos à Uke, abaisse son centre de gravité et place sa hanche droite contre le ventre adverse puis il détend alors ses jambes en même temps qu'il se penche vers l'avant. Uke bascule autour de sa hanche et tombe devant lui.
Tori, tenant toujours le bras droit de l'adversaire, peut lui asséner un Kakato-geri sur le flanc droit.

O-guruma O-guruma

Grande roue.

Tori et Uke sont face à face en garde naturelle jambe droite avancée.
Tori saisie, de sa main gauche, la manche droite de Uke, déplace son pied gauche devant celui de son adversaire et le tire vers lui. Il lance ensuite sa jambe droite devant celles de Uke et vient placer l'arrière de sa cuisse droite en contact avec la cuisse droite adverse. Tout en continuant la traction de sa main gauche tandis sa main droite saisie le col et pousse Uke pour le faire tourner dans le même sens, Tori pivote vers la gauche et fait « pirouetter » son adversaire autour de sa cuisse droite. Uke tombe sur le dos au pied de Tori. Ce dernier l'immobilise par une clé de bras ou négocie une frappe du poing ou du pied.

Okuri-ashi-barai Okuri-ashi-barai

Balayage des deux jambes.

Tori et Uke sont face à face en position naturelle. Tori saisie son adversaire à deux mains, recule légèrement et le tire pour l’amener à déplacer son pied gauche. Tori soulève (plutôt allège les appuis de) Uke des deux mains et, ayant porté son poids sur le pied gauche, balaie avec le dessous de son pied droit, jambe bien tendue, la jambe gauche de Uke qui entraîne la droite. Uke tombe perpendiculairement à Tori.

O-soto-gari O-soto-gari

Grand fauchage (balayage) extérieur.

En partant de la position naturelle, Tori se décale en avançant son pied gauche à l'extérieur du pied droit de Uke et y prend appui. Il tire le coude droit de Uke vers lui et vers le bas tandis que son avant-bras droit pousse la poitrine de Uke. Celui-ci se trouve déséquilibré sur son arrière droit, le poids du corps sur le talon droit. Tori lance alors sa jambe droite tendue à l'extérieur de la jambe d'appui de Uke et la ramène vivement pour faucher cette jambe. Simultanément, Tori pousse Uke avec son buste et se penche en avant pour faire chuter son adversaire. Uke tombe sur le dos aux pieds de Tori. Ce dernier, tenant toujours le bras droit adverse, peut en profiter pour asséner un Yoko-geri sur le flanc droit de Uke.

Tomoe-nage Tomoe-nage

Projection en cercle.

Cette technique est nettement plus connue sous le nom de « planchette japonaise ».

Cette projection est dans la catégorie des Sutemi ou « sacrifices ». Tori y sacrifie son propre équilibre pour mieux projeter Uke. En partant de la position en garde à droite, Tori provoque une réaction de Uke en le poussant puis en le tirant des deux mains. Il lance son pied gauche entre ceux de Uke et place son pied droit sur le pubis de l'adversaire puis se jette en arrière. Tirant toujours Uke, vers le bas cette fois, Tori l'entraîne au-dessus de lui et le projette par une détente de sa jambe droite.
Uke tombe bien souvent sur le dos, bien loin derrière la tête de Tori.

Tsurikomi-goshi Tsurikomi-goshi

Hanche pêchée.

En partant de la position naturelle, Tori saisie, de sa main gauche, la manche droite de Uke, pivote sur le pied droit et déséquilibre son adversaire vers l'avant par une traction du bras gauche tandis sa main droite saisie le col et pousse Uke pour le faire tourner dans le même sens. Tori montre alors son dos à Uke, plie les genoux et place ses hanches au niveau des cuisses adverses puis détend ses jambes et fait basculer Uke par-dessus ses hanches, son bras gauche tirant en cercle vers le bas et le droit poussant sur le même arc de cercle.
Uke choit à ses pieds ce qui lui permet une immobilisation par un blocage du bras droit voire une frappe de type Kakato-geri au niveau du flanc.

Uki-goshi Uki-goshi

Hanche flottée.

Tori et Uke sont face à face en garde naturelle jambe droite avancée.
Tori déséquilibre son adversaire par une traction de la main gauche. Il pivote devant lui tout en passant son bras droit sous l'aisselle gauche de Uke pour aller poser la main dans le dos de dernier. Tori place ensuite sa hanche droite contre le ventre adverse et, par une rotation du buste et de ses hanches ainsi que par l'action des bras, il l'attire et le fait tomber devant lui. Contrairement à ce qui se passe dans O-goshi, Uke n'est pas soulevé par la détente des jambes de Tori, mais il est comme aspiré par le mouvement tournant de ce dernier.
Une fois l'adversaire au sol, Tori l'immobilise par un arm-lock du bras droit ou l'accompagne par une frappe du poing ou du pied.

Uki-waza Uki-waza

Technique flottée.

Cette technique fait partie des Yoko-sutemi-waza (techniques de sacrifice de côté).

Tori et Uke sont face à face en garde jambe gauche devant.
Tori attire l'adversaire vers lui, en reculant le pied droit et en effaçant le corps, pour le déséquilibrer. Une fois que ce dernier a fait un pas en avant pour essayer de retrouver son équilibre, Tori allonge complètement sa jambe gauche en travers du chemin de Uke et se laisse tomber sur le flanc gauche tout en tirant de la main gauche et le maintenant de la main droite. Uke vient trébucher contre la jambe de Tori et tourne à la verticale pour se recevoir sur l'épaule gauche. Tori ne lâche la prise que quand Uke a complètement roulé derrière lui.

Haut de page
Terminologie

Arm-lock : C'est une clé pour contrôler un adversaire. Ce contrôle est exercé grâce à la douleur que l'on va provoquer par une torsion des membres et des articulations. D'innombrables procédés, plus ou moins difficiles à réaliser, existent pour le cou, les bras et les mains ou les jambes et les pieds.

Dojo : Un Dojo est un “Lieu où l'on s'éveille par l'étude et par l'enseignement”. Il est consacré à la pratique des Budo (Arts Martiaux) ou à la méditation. Pour plus d'information, se référer à la page du Dojo.

Judo : Littéralement voie (DO) de la souplesse (JU), est un sport de combat et un art martial créé par Jigoro Kano (1860-1938) en 1882 et initialement enseigné au Kodokan. Inspiré du Ju-jitsu, il se compose pour l'essentiel de techniques de projection, de contrôle au sol, d'étranglements et de clefs.
Jigoro Kano en aurait modifié les techniques de combat à mains nues pour créer une discipline fondée sur l'équilibre du corps et de l'esprit. En France nous devons son existence, depuis 1935, grâce à maître Mikinosuke Kawaishi (1899-1969).

Ju-jitsu : Le Ju-jitsu, ou Jujutsu ou encore Jiu-jitsu, regroupe des techniques de combat qui furent développées durant l'ère féodale du Japon par les Samouraï pour se défendre une fois désarmé. Ces techniques sont parfois classées en trois catégories principales : techniques de frappe, techniques de projection et techniques de contrôle afin de maîtriser un adversaire.

Le terme Jujutsu signifie littéralement « technique de souplesse » ou « art doux » ou encore « méthode permettant d'utiliser au mieux la souplesse ». « JU » pour souplesse et « JUTSU » pour technique.

Karate-Do : Art martial d'origine Okinawaïenne. La particule « Do » (voie) signifie que cette discipline n'est pas suivie en tant que discipline sportive mais en tant que « Voie » éthique, chemin de perfectionnement de l'homme en quête de soi-même.

Kata : Un Kata (qui signifie « forme ») est un enchaînement codifié et structuré de techniques ayant pour but la formation du corps, l'acquisition d'automatismes ainsi que la transmission de techniques secrètes. Le Kata dépasse l'aspect purement technique en permettant au pratiquant, par de très nombreuses répétitions, de tendre vers la perfection du geste et surtout de faire l'expérience de l'esprit.

Tatami : A l'origine c'était une natte de paille de riz tressée recouverte d'une toile de lin et mesurant 1,90m sur 0,97m de large. De par sa constitution, il n'était pas très confortable mais permettait l'absorption précaire des chocs lors de chute ou projection. L'apprentissage des chutes était fortement conseillé. Par extension il représente maintenant l'ensemble des nattes ou tapis d'une salle d'entraînement ou Dojo.

Tori: Dans certaines disciplines telles que le Karate, il représente l'attaquant. Le défenseur « Uke » lui fait face. Ici Tori correspond à celui qui effectue la technique et Uke celui qui la subit.

Uke : Désigne ici celui qui subit la technique.

Yamakasi : Les Yamakasi sont pionniers de l'« art du déplacement » qui puise ses sources techniques dans le Parkour créé par David Belle en 1988. C'est une activité physique qui vise un déplacement libre et efficace dans tous types d'environnements, en particulier hors des voies de passage préétablies. Ainsi les éléments du milieu urbain ou rural se transforment en obstacles franchis grâce à la course, au saut, à l'escalade, au déplacement en équilibre, à la quadrupédie, etc...

Haut de page
Plan du Site   /   Contact



Nombre de visites : 508 690Réalisation (Décembre 2012) et Mises à jour effectuées par Claude Vuichoud(Date de Modification : 13/12/2017)